Prête-plume, qu’est-ce que c’est ?

Cette activité, très ancienne, suscite souvent des réactions mitigées. Voici un florilège des questions qu’on me pose souvent :

Et ça ne vous dérange pas de voir le nom d’un autre sur la couverture ?

Pas du tout ! Les idées développées ne sont pas les miennes, le style choisi non plus, je suis la plume, la main, le bras, etc., mais pas la tête ! Mon travail consiste à mettre en forme, à organiser à accoucher aussi parfois les idées en gestation du commanditaire, mais elles lui appartiennent.

Ce n’est pas frustrant d’écrire les idées d’un autre ?

D’abord, les idées des autres sont toujours surprenantes, précisément parce qu’elles reflètent une autre vision du monde et de la vie. À moi de m’en emparer, de les comprendre et de les restituer dans un état d’esprit différent du mien.

Je compare souvent ce travail à celui du comédien : quand j’écris une histoire imaginée par un autre, je me glisse dans sa peau, dans ses formes et dans sa pensée. C’est une expérience très enrichissante d’empathie et de compréhension de l’humain.

Vous n’avez pas l’impression d’être exploitée ?

Je suis rémunérée pour mon travail et je le fais avec passion, donc non, je ne me sens pas du tout exploitée et j’y trouve même la source d’un épanouissement : je découvre des lieux (physiques) mais aussi des univers mentaux dont je ne me serais sans doute jamais approchée.

Je travaille également des genres que je connais mais que je n’avais pas envisagés sous ces angles. Ce sont des exercices de style grandeur nature ! Quoi de plus exaltant pour un écrivain ?

Qu’est-ce que vous y trouvez ?

L’écriture littéraire pour autrui ne convient pas à tous ceux qui écrivent pour les autres, c’est vrai. Il faut avoir envie de tester des formes, des styles, aimer les contraintes littéraires, accepter de laisser un autre choisir une solution qu’on juge moins efficace.

J’y trouve un terrain d’expérimentation sans égal, un bon coup de pied qui me jette en-dehors de mes rails d’écrivain, et une remise en question régulière de ma propre manière d’écrire. Bref, j’en apprends tous les jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *