Fanny Decitre, libraire, est chroniqueuse dans « Les Voix du livre » (interview)

Bonjour Fanny, 

tu es libraire à la librairie Le cyprès-Gens de la lune à Nevers, une librairie du groupement de libraires indépendants Initiales.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier ?

Bonjour Claire ! Libraire est un métier passionnant et plaisant dans bien des aspects. Je crois que conseiller LE livre qui va correspondre exactement à la demande d’une lectrice ou d’un lecteur est ce que je préfère. Surtout lorsque j’ai un retour positif post-lecture, c’est très grisant ! Et puis tout simplement travailler toute la journée au milieu des livres, c’est un rêve… Il y a une ambiance incomparable dans une librairie.

Qu’est-ce que tu n’aimes pas trop ?

Je n’arrive pas à répondre ! J’aime vraiment tout… Ce que je n’aime pas trop, en ce moment, c’est l’absence de rencontre avec les autrices et les auteurs, ce sont toujours de beaux moments de partages qui manquent cruellement. 

Peux-tu nous présenter la librairie où tu travailles ?

Je travaille à la librairie Le Cyprès-Gens de la lune, le Cyprès étant la librairie adulte, et Gens de la lune la librairie jeunesse, mangas et B.D. Il y a également la papeterie Cizeau qui a ouvert ses portes depuis plus d’un an. Trois boutiques différentes donc, dans une même rue, gérées par Wilfrid et Eline Séjeau. Le Cyprès où je travaille essentiellement est une librairie généraliste, indépendante, on y retrouve un large fonds de littérature, sciences humaines, et ouvrages pratiques. Le conseil, l’accueil, et la mise en avant des petits éditeurs nous semblent essentiels. Avec plus de 40 000 références, difficile de ne pas y trouver son bonheur. 

Qu’est-ce que tu attends de la lecture d’un roman ?

Je pense que justement, avant d’ouvrir un livre, je n’attends rien de particulier, c’est une nouvelle aventure à chaque fois. J’ai une forte appétence pour la littérature américaine, j’aime y retrouver les grands espaces des États-Unis, du Montana au Texas. C’est un pays qui me fascine par ses contradictions, sa littérature est bouillonnante et vaste. Plus généralement je suis attirée par toutes les histoires qui racontent la condition humaine, notre place dans le monde et notre rapport aux autres. J’aime beaucoup venir les présenter dans les Voix du livre, et les chroniques d’Arthur me permettent de découvrir la littérature « young adult », un genre où je suis complètement novice !

Si tu ne devais emporter qu’un seul roman après la fin du monde, lequel serait-ce ?

Certainement un livre de Steinbeck, mais c’est difficile de n’en choisir qu’un… J’emporterais peut-être Les Thibault de Roger Martin du Gard, que je n’ai pas encore lu, j’aurais enfin le temps nécessaire pour le faire !

Un petit mot pour terminer ?

Pas un petit mot mais un petit dessin sans prétention, clin d’œil à un de mes livres favoris. 

Retrouvez Les Voix du livre, le dernier mercredi et jeudi du mois sur BacFM (respectivement à 20h et 12h) et en podcast !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *